Jewellery  Object  Painting

1709_IMLY_030-2.jpg

« Ce n’est pas ce que je veux qui doit m’arriver, mais ce qui tente d’arriver malgré moi…et ce n’est pas grave ».

Henri Michaux, Parenthèse, 1959.

 

J’écrivais pour me parcourir.

Et puis un jour je me suis dit « sers toi de l’écriture pour te répandre, dans le voir et le toucher, dans l’intuition sensible et dans l’espace. J’avais besoin que mes mots prennent corps. 

Ce ne seront plus les mots, mais leurs textures, leurs couleurs qui parleront.

Je devais modeler l’espace de ma pensée. 

L’intime sans mot, sans confrontation, le cri muet. Et je devais en sortir. 

Un échange entre moi et l’autre, les autres.

Re-faire mon monde avec des liens, les signifier. 

...

Un bijou-lien dit, au-delà d'une répétition qui serait superflue, ce qu'il est, et ce par quoi nous sommes. 

Comme dans une psychanalyse, admettre mon geste, mes contradictions, comme inhérent à mon existence même. Réaliser dans l’analyse des mots, des répétitions, des associations d’idées, que des mots contradictoires sont intimement entrelacés.

« Je suis liée, je suis attachée ». Plaisir et aliénation.

Entrelacer ces mots-espaces. 

Explorer les liens dans un parcours vers l’autre, les autres, le monde. 

Modeler le lien comme la voie à suivre.